Réchauffement climatique

Réchauffement climatique : Comment réduire notre empreinte carbone ?

          Éviter le réchauffement climatique n’est plus possible. Les scientifiques planchent plutôt pour le contenir. Il est aujourd’hui plus que jamais urgent de faire évoluer nos modes de vie pour réduire nos émissions de CO2 au maximum.

Dans son ouvrage Les chances qu’il nous reste, Erwann Menthéour explique que « Les scénarios imaginés par les accords de Paris lors de la COP21, qui brossent la perspective d’une augmentation de 2 degrés d’ici 2050 de la température terrestre, sont en fait proprement irréalistes. Même les cas de figure médians (4 degrés) paraissent aujourd’hui optimistes. Les prévisions les plus catastrophiques nous parlent d’une augmentation de 8 degrés ». Le scénario le plus pessimiste est pourtant celui retenu par l’ONU et la NASA, ainsi que par 15 000 spécialistes du climat.

À l’occasion de la COP25, qui se tient à Madrid du 2 au 13 décembre, alors que les dirigeants des quatre coins du monde font le point sur les politiques environnementales, découvrons des solutions que vous pouvez personnellement mettre en œuvre pour réduire votre empreinte carbone au quotidien.  

Changer ses habitudes alimentaires 

L’alimentation représente 25 % de l’empreinte carbone d’un Français.

  • Manger moins de viande : Selon une étude parue dans Climatic Change, passer d’un régime riche en viande (plus de 100 grammes par jour) à un régime végétarien permet de réduire son empreinte carbone de 1 198 kilogrammes CO2e/an, soit plus de 10 300 kilomètres parcourus en voiture.
  • Manger local et de saison : En cause ? La forte consommation énergétique nécessaire pour chauffer les serres en hiver ou, sinon, l’acheminement des fruits et légumes cultivés à l’étranger.

Limiter le gaspillage d’énergie domestique

Les foyers émettent énormément de CO2. Isolez votre habitation et installez des équipements écologiques performants. L’État subventionne généralement les dépenses dans ce domaine. Cela vous permettra de baisser sensiblement vos factures électriques et de réduire votre empreinte carbone.

Emprunter les transports en commun et faire du covoiturage

Toutes les 4 secondes, une voiture européenne émet 1 kg de dioxyde de carbone. Il est évident qu’utiliser un véhicule à plusieurs réduit considérablement les émissions de CO2. Le covoiturage est un réflexe économique et écologique et convivial ! Des plateformes telles que Blablacar ou Covoiturage libre permettent de vous mettre en relation avec d’autres voyageurs.

Passer moins de temps sur les réseaux sociaux et faire des recherches Web pertinentes

Notre utilisation d’Internet génère aussi des émissions de gaz à effet de serre. Entre la fabrication et l’utilisation du matériel, Internet a une forte empreinte environnementale. Ainsi, en appuyant sur le bouton « rechercher » de Google, vous émettez l’équivalent de 5 à 7 grammes de CO2, soit l’énergie nécessaire pour faire fonctionner les machines qui envoient, transportent et stockent les informations.

Limiter notre croissance démographique : faire moins d’enfants pour leur offrir un monde meilleur

Nous sommes de toute évidence trop nombreux sur Terre et nous allons vers un épuisement des ressources naturelles et un anéantissement de la biodiversité. Aujourd’hui, il faudrait 2,7 planètes pour satisfaire les besoins de la population mondiale si tout le monde vivait comme un Français, selon un calcul du think tank Global Footprint Network qui englobe les émissions de CO2, mais également des ressources comme les arbres, les poissons ou les terres cultivables.

          Le réchauffement climatique est l’affaire de tous : nous parlons de protéger la planète mais il s’agit en réalité de protéger l’humanité. Depuis sa création, la Terre a déjà connu 5 extinctions de masse (causées par des facteurs naturels), ayant balayé plus de 90 % de la vie à sa surface. Les scientifiques s’accordent à dire que nous sommes en train de vivre la 6ème : en 40 ans, nous avons perdu 60 % des populations d’animaux sauvages sur Terre. Pour la première fois, cette extinction est engendrée par une seule espèce : la nôtre. Mais n’oublions pas que l’Homo Sapiens, dépend de l’environnement et de la biodiversité qui l’entourent.

En tant que traductrice et rédactrice, j’ai pour seconde nature de toujours chercher à comprendre l’origine et le sens profond des mots.

« Homo » : être humain.

« Sapiens » : adjectif latin signifiant « intelligent, sage, raisonnable, prudent », provenant du mot sapio signifiant « avoir du jugement ».

Nous sommes en train de nous asphyxier chaque jour un peu plus en empoisonnant l’air que nous respirons tous et la Terre qui nous nourrit. Aujourd’hui, il y a urgence à honorer la définition que nous avons fait de nous-mêmes, des « êtres humains intelligents, sages, raisonnables, prudents faisant preuve de jugement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *